1-- Nathalie Yamb:« Nous vous offrons, pour le remplacer, les momies que vous maintenez au pouvoir en Afrique. Vous pourrez toujours les exposer dans vos musées » |2-- President Gbagbo: « C’est aux armes que Guillaume Soro doit sa place. Il devra s’inquiéter si un jour il ne les a plus avec lui. » |
Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Que font nos gouvernements?    by webmaster 22 Jun 2021, 0:53
Gbagbo rentrera tranquillemen…    by Atipadipa 20 Jun 2021, 15:25
G. Tai Benson sur le Presiden…    by webmaster 18 Jun 2021, 3:06
Tchad: Idriss Deby    by Martin Féral 14 Jun 2021, 17:11
USA Kamala Harris mal indiqué…    by webmaster 13 Jun 2021, 16:02
Argentine:Comment les Noirs o…    by sam kehi,le… 3 Jun 2021, 3:32
DERNIER APPEL AVANT LA LIBÉRA…    by Aristide ba… 31 May 2021, 19:00
La justice française découvre…    by webmaster 29 May 2021, 23:01
UN MERCENAIRE FRANÇAIS DE LA …    by Atipadipa 12 May 2021, 2:59
La charte de l'impérialisme à…    by Observateur… 6 May 2021, 0:40
Quelques remarques à Nathalie…    by Observateur… 24 Apr 2021, 7:51
En direct du Nigeria    by webmaster 19 Apr 2021, 22:38
... autres recents topics


Russie vs France en CentrAfrique

Nouvelles de musique africaine
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4596
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Russie vs France en CentrAfrique

Message par webmaster » avr. 06, 21 4:46 pm

La Centrafrique, terre de lutte entre la Russie et la France

Pour rétablir la sécurité dans le pays, le président centrafricain Touadéra a demandé de l’aide militaire à la Russie. Ce journal moscovite, proche des positions du Kremlin, s’étonne que la presse française s’émeuve alors que Paris n’a cessé de s’immiscer dans les affaires de son ex-colonie, sans grand résultat.

Certains médias occidentaux s’affolent : la République centrafricaine serait “occupée par des mercenaires russes”. Tout indique que des experts russes s’y trouveraient effectivement. Pourquoi y ont-ils été invités, qu’y font-ils vraiment, et quelles implications cela a-t-il pour la Centrafrique ainsi que pour la Russie ?

Voici le tableau de la situation vu de l’extérieur. En octobre 2017, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra s’est rendu à Sotchi en Russie pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov. De source officielle, la visite avait pour but de demander l’appui de la Russie auprès des Nations unies pour une levée temporaire de l’embargo sur les armes à destination de la Centrafrique. [Malgré la fin de la guerre civile en 2014, plusieurs régions du pays restent en proie à la violence, et l’État ne contrôle qu’une infime partie du territoire national.]

Le président Touadéra a également demandé de manière informelle la fourniture d’armements et de véhicules pour trois bataillons des Faca (forces armées centrafricaines), soit 1 500 hommes environ. La réponse fut positive.

Un mois plus tard, l’ONU a accepté, pour les besoins de Moscou, de suspendre partiellement l’embargo sur les armes en Centrafrique et, le 26 janvier 2018, un premier avion-cargo militaire Il-76 a atterri dans la capitale, Bangui. Dès le 31 mars, le président Touadéra présentait en grande pompe un premier contingent de 200 hommes vêtus de camouflages russes et portant des armes russes. L’unité était commandée par des hommes étrangement blancs.

Mais la principale surprise s’est déroulée la veille, le 30 mars, dans le grand stade de football de Bangui, lors de la célébration du deuxième anniversaire de l’élection de Touadéra. La garde rapprochée du président était composée d’hommes armés de type slave. Jusqu’alors, la sécurité publique lors des grands événements était assurée dans la capitale par les derniers soldats rwandais de la mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca).
Des “gardes blancs” autour du président centrafricain

À l’heure actuelle, les gardes blancs ont pratiquement entièrement pris le contrôle de l’administration présidentielle et bénéficient d’un accès illimité à son agenda de déplacements, aux personnalités clés de l’entourage de Touadéra, à son garage et aux véhicules blindés.

L’administration présidentielle centrafricaine reconnaît l’existence d’une “unité russe spéciale pour le renforcement de la sécurité du président”. Une nouvelle fonction de “directeur de la sécurité” a été créée au sein de l’administration, occupée par un officier russe chargé de “l’encadrement des gardes du corps”. La presse française voit en cet officier un “intermédiaire clé pour les contacts tant sécuritaires qu’économiques entre Centrafricains et Russes”.

En quelques semaines seulement, des Russes, le plus souvent en civil mais à l’allure toute militaire, se sont imposés dans la vie de la capitale centrafricaine. Ils ont été vus non seulement dans le palais présidentiel et aux alentours, mais aussi dans les ministères, à ...

Cet article est réservé aux abonnés
Pour lire les 75% restants, abonnez-vous
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4596
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Russie vs France en CentrAfrique

Message par webmaster » avr. 06, 21 4:48 pm

20 déc 2020
Mise à jour 21.12.2020 à 18:53
par Pierre Desorgues, TV5MONDE

Depuis le début de sa coopération militaire avec le gouvernement centrafricain de Faustin-Archange Touadéra il y a trois ans, la Russie est de plus en plus présente dans le pays, de l'instruction militaire à la protection des mines et de la présidence. La République centrafricaine est devenue en quelques mois un symbole fort de la présence russe sur le continent.

C'est une des manifestations les plus spectaculaires de la présence russe en République centrafricaine. Nous sommes ce 15 octobre 2020 sur l’une des artères les plus fréquentées de Bangui. Des centaines de taxi-motos et une foule curieuse accompagnent au son des klaxons l’arrivée de six blindés sur lesquels flottent drapeau russe et centrafricain. Ces vénérables BRDM-2, véhicules de transports de troupes conçus sous l’ère soviétique dans les années 60, doivent désormais équiper une armée centrafricaine toujours soumise à un embargo sur les armes depuis 2014 et dépourvue d’équipement lourd. Dix autres blindés supplémentaires sont attendus.

Cette livraison est intervenue à quelques mois de l'élection présidentielle du 27 décembre, alors que les trois quarts du territoire centrafricain sont occupés par des groupes armés qui terrorisent la population civile. Le président Faustin-Archange Touadéra, élu en 2016, brigue un second mandat.

Cette livraison russe d’armes, présentée comme un don, n’est pas une première. Les premières armes en provenance directe de Moscou ont atterri sur le tarmac de l'aéroport de Bangui en janvier 2018 après des discussions entamées en novembre 2017. La vente d’armes a donc constitué une porte d’entrée pour le Kremlin en République centrafricaine selon Roland Marchal, spécialiste de la Centrafrique au CERI de Sciences-Po Paris et chargé de recherche au CNRS.

« Les conditions de l’arrivée des Russes en Centrafrique sont connues. Elles sont liées aux sanctions onusiennes sur la Centrafrique qui interdit l’achat d’armement. La réalité, c’est que les groupes armés étaient capables de s’approvisionner en armes via le marché d’armes du Darfour. On a eu également des armes et des munitions qui provenaient du Tchad. Et seul le gouvernement face aux groupes armés n’avait pas la possibilité de s’armer. On a voulu réformer l’armée et l’appareil sécuritaire sans donner la possibilité à cette armée nationale de réellement s’équiper. Cela a tourné au ridicule»
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4596
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Russie vs France en CentrAfrique

Message par webmaster » avr. 06, 21 4:51 pm

suite ...
« Les conditions de l’arrivée des Russes en Centrafrique sont connues. Elles sont liées aux sanctions onusiennes sur la Centrafrique qui interdit l’achat d’armement. La réalité, c’est que les groupes armés étaient capables de s’approvisionner en armes via le marché d’armes du Darfour. On a eu également des armes et des munitions qui provenaient du Tchad. Et seul le gouvernement face aux groupes armés n’avait pas la possibilité de s’armer. On a voulu réformer l’armée et l’appareil sécuritaire sans donner la possibilité à cette armée nationale de réellement s’équiper. Cela a tourné au ridicule» , explique le chercheur. Pour se procurer des armes, le gouvernement centrafricain devait obtenir l'accord du Conseil de sécurité de l'ONU. Une traçabilité des armes était exigée.

Selon Roland Marchal, les Français se sont rendus compte de ce dysfonctionnement mais de manière insuffisante et tardive. «Emmanuel Macron a proposé de donner les armes saisies à la piraterie en mer par la Marine française aux forces armées de Bangui », estime le chargé de recherche au CNRS.

«Les Russes sont présents depuis plusieurs années au Soudan et donc ils ont proposé leurs services à l’époque par l’intermédiaire de Omar El Béchir alors président. C’est Omar El Béchir qui les a aiguillés vers la Centrafrique », estime pour sa part Thierry Vircoulon, chercheur à l’Institut français des relations internationales (l'IFRI), auteur d’une note sur les groupes armés en RCA.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4596
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Russie vs France en CentrAfrique

Message par webmaster » avr. 06, 21 5:23 pm

ouagadougou:

Lors de sa visite en Centrafrique le 2 novembre, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a annoncé le versement d’une aide de 24 millions d’euros et la livraison d’armes. Pour cet éditorialiste burkinabé, Paris tente de contrer “l’intrusion” jugée “inacceptable” de Moscou dans cette ancienne colonie française.

“La Russie semble mettre un point d’honneur à jouer, depuis plus d’un an, un rôle déterminant en Centrafrique”, note Le Pays.

Le quotidien burkinabé rappelle que Moscou a déjà livré des armes après avoir obtenu des Nations unies la levée de l’embargo. Le pays participe à la formation de l’armée centrafricaine. Il a aussi “réussi le tour de force” d’entamer des négociations entre le pouvoir central et les groupes armés.
Les “victoires” de la Russie

Malgré la fin de la guerre civile en 2014, plusieurs régions centrafricaines restent en proie à la violence. Soutenue par les Nations unies et la France, une médiation de l’Union africaine (UA) a été lancée en juillet 2017 pour tenter de restaurer la paix. Mais le processus est critiqué pour sa lenteur et son manque d’efficacité. En parallèle, une médiation a été mise en œuvre par la Russie.

Autant de victoires, peut-on dire, à l’actif de la diplomatie russe. Et cela n’est pas de nature à plaire à l’ancienne puissance coloniale [1905-1960], la France.”

“Cette ‘intrusion’ de la Russie dans ce pré carré de l’Hexagone est d’autant plus inacceptable pour nos ‘ancêtres les Gaulois’ que la République centrafricaine (RCA) représente, pour ces derniers, un double enjeu”, estime l’éditorialiste.
Garder la main sur les richesses minières

D’une part, un enjeu géostratégique, car le “positionnement de ce pays au cœur du continent noir offre des opportunités intéressantes en termes d’installation de bases militaires”.

D’autre part, un enjeu économique “lié à l’immensité des richesses du sous-sol de l’ex-Oubangui-Chari [ancien nom de la République centrafricaine], qui est, en effet, gâté par la nature”. Le pays regorge de réserves de diamants, d’or et d’uranium.

Et ce serait une perte sèche pour la France, elle qui a toujours eu la haute main sur les richesses de ce pays pendant et après la colonisation, de voir la Russie lui chiper cette manne.”

Mais, pour le journal, si la France est bousculée aujourd’hui en RCA par la Russie, c’est parce que, quelque part, “elle a prêté le flanc”.
À lire aussi Influences. La Centrafrique, terre de lutte entre la Russie et la France

Paris a ainsi pris la responsabilité de ne pas reconduire l’opération militaire française Sangaris, effective de 2013 à 2016. “À cela, il faut ajouter l’annulation, à deux reprises, de la venue de Florence Parly, la ministre des Armées.”

Et comme la nature a horreur du vide, la Russie, en bonne opportuniste, a vite fait de l’occuper.”

Le Pays demeure toutefois critique à l’encontre du nouvel acteur russe : “Il faut plus que des kalachnikovs pour rapprocher les Centrafricains afin qu’ils se mettent ensemble pour construire le pays.”
“L’apport de la France”

Le journal plaide pour l’action de Paris : “La RCA ne peut pas s’offrir le luxe de se priver de l’apport de la France. Car, quoi qu’on en dise, les Français, de par les aléas de l’Histoire, ont une parfaite connaissance de ce pays. Ce qui est loin d’être le cas de la Russie.”

Et l’avènement du jeune Emmanuel Macron au pouvoir est une opportunité pour les deux pays, permettant d’envisager une coopération sous un jour nouveau.”
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4596
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Russie vs France en CentrAfrique

Message par webmaster » avr. 11, 21 2:17 am

Des rebelless bien equipes qui paient cash. Ou avons nous vu recemment? Rebelles musulmans Nordistes. Ca vous dit quelque chose? La France applique cette methode partout dans ses colonies africaines.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Répondre