1-- Nathalie Yamb:« Nous vous offrons, pour le remplacer, les momies que vous maintenez au pouvoir en Afrique. Vous pourrez toujours les exposer dans vos musées » |2-- President Gbagbo: « C’est aux armes que Guillaume Soro doit sa place. Il devra s’inquiéter si un jour il ne les a plus avec lui. » |
Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
avec quoi construit-on les ro…    by webmaster 24 Jun 2021, 18:55
Shipping from anywhere    by webmaster 23 Jun 2021, 22:37
Gbagbo rentrera tranquillemen…    by webmaster 23 Jun 2021, 14:42
Que font nos gouvernements?    by webmaster 22 Jun 2021, 0:53
G. Tai Benson sur le Presiden…    by webmaster 18 Jun 2021, 3:06
Tchad: Idriss Deby    by Martin Féral 14 Jun 2021, 17:11
USA Kamala Harris mal indiqué…    by webmaster 13 Jun 2021, 16:02
Argentine:Comment les Noirs o…    by sam kehi,le… 3 Jun 2021, 3:32
DERNIER APPEL AVANT LA LIBÉRA…    by Aristide ba… 31 May 2021, 19:00
La justice française découvre…    by webmaster 29 May 2021, 23:01
UN MERCENAIRE FRANÇAIS DE LA …    by Atipadipa 12 May 2021, 2:59
La charte de l'impérialisme à…    by Observateur… 6 May 2021, 0:40
... autres recents topics


La France change les constitutions en Afrique

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4600
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

La France change les constitutions en Afrique

Message par webmaster » mars 29, 21 8:29 pm

Idriss Déby : "la France est intervenue pour changer la Constitution" du Tchad contre mon gré


Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4600
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: La France change les constitutions en Afrique

Message par webmaster » mars 29, 21 8:33 pm

Tchad : "La France est intervenue pour changer la constitution" en 2005, selon Idriss Déby

Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Juin 2017

"J'aurais souhaité, en 2002, m'arrêter comme j'avais promis, au second mandat, c'est-à-dire qu'en 2006, je devais céder aux suivants. La guerre a éclaté. Le pays était en guerre", a justifié le dirigeant du Tchad.

"Est-on Président à vie quand on est Président du Tchad ?", cette question d'un journaliste français a poussé le dirigeant tchadien à faire des révélations sur sa volonté initiale de quitter le pouvoir en 2006, et des pressions extérieures qui auraient conduit à changer la constitution à l'issue du référendum de juin 2005.

"Je ne suis pas un homme heureux, je n'ai jamais été un homme heureux. Vous comprenez ? J'aurais souhaité, en 2002, m'arrêter comme j'avais promis, au second mandat, c'est-à-dire qu'en 2006, je devais céder aux suivants. La guerre a éclaté. Le pays était en guerre", a justifié le dirigeant du Tchad.

Idriss Déby s'était promis de quitter le pouvoir en 2006

"Pour l'histoire", Idriss Déby a également souligné que ce n'était pas son souhait de modifier la constitution tchadienne à l'issue du référendum de juin 2005. "La France est intervenue pour changer la constitution. J'ai refusé et je n'ai pas fait la campagne. C'est toujours la France qui fait, qui critique et qui est derrière. Ce n'est pas Déby qui a changé la constitution. En tant que soldat j'ai donner ma parole de quitter le pouvoir en 2006", a déclaré le dirigeant tchadien, dans d'étonnantes révélations faites à des médias occidentaux.

De l'avis d'Idriss Déby, "Deux choses sont intervenues, la guerre et la deuxième chose, c'est la France qui a dit de continuer. Aujourd'hui, ce sont ceux là même qui ont changé la constitution qui me critiquent. La durée dans ces fonctions n'est jamais une bonne chose, mais il ne faut pas laisser le pays dans le désordre".
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4600
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: La France change les constitutions en Afrique

Message par webmaster » mars 29, 21 8:34 pm

D'abord la France arme des opposants pour creer une rebellion, ensuite elle modifie la Constitution pour son serviteur sous-prefet.
Si vous entendez parler de Jihadistes en Cote d'Ivoire, c'est pour maintenir ouattara et son fils au pouvoir. C'est la France qui est a la manoeuvre.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4600
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: La France change les constitutions en Afrique

Message par webmaster » mars 29, 21 8:38 pm

France: https://www.aa.com.tr/fr/monde/quintess ... ie/2189494

AA / Paris / Ümit Dönmez

Au cours de sa conférence de presse jeudi soir, à l'issue du sommet du Conseil européen, le Président français, a réitéré ses accusations envers la Turquie, d'ingérence dans les affaires intérieures de la France.

Faisant fi des nombreux médias publics français opérant dans la sphère francophone, et des faits révélés et parfois reconnus d'ingérence française, Emmanuel Macron affirmait également que la France ne s'immisçait pas « dans les élections de pays étrangers ».

- Accusations d'ingérence contre la Turquie
Faisant référence à sa déclaration [1] lors d'un entretien diffusé mardi soir par la chaîne publique « France 5 », et répondant à la question d'une journaliste demandant des clarifications sur ses accusations, Emmanuel Macron a affirmé qu'il s'agissait d'un « constat » de « l’existence d'organisations communautaires, de groupes constitués, de groupes politiques sur le continent européen, qui sont activés par des organes de propagande officiels de Turquie ».

Accusant des institutions turques telles que la Présidence des affaires religieuses (Diyanet İşleri Başkanlığı), Macron a déclaré :

« Parfois ils se mêlent de nos élections, d'autres fois ils se mêlent de nos financements d'associations », et le locataire de l'Élysée d'accuser, sans la nommer, la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian [2], de complaisance :
« Certaines collectivités territoriales sont peut-être un peu trop complaisantes », estimait Emmanuel Macron, présumant également « une ingérence à travers des organismes [turcs] de propagande qui diffusent sur leurs chaînes ».

À défaut de les prouver, le Président français réitérait ensuite ses accusations envers la Turquie :

« Donc oui, les risques d'ingérence sont identifiés pour les échéances à venir, comme ces risques ont été identifiés dans d'autres pays européens », affirmait-il.

- Réaction de la Diplomatie turque

Le ministère turc des Affaires étrangères avait qualifié, mercredi, les propos d'Emmanuel Macron de « regrettables et incohérents ».

Concernant les affirmations de Macron selon lesquelles la Turquie interférera dans les élections françaises, le porte-parole de la Diplomatie turque, Hami Aksoy soulignait l'absence de projection de l'État turc dans les affaires internes de l’Hexagone :

« La Turquie n'a pas d'agenda lié à la politique intérieure de la France, à l'exception du bien-être, de la paix et de l'harmonie de la communauté turque avec une population d'environ 800 mille personnes », déclarait Aksoy.

- La France ne s'immisce pas dans les élections de pays étrangers ?

« C'est un problème, et on ne peut pas prétendre avoir une relation amicale si on ne se dit pas les choses et si on n'essaie pas de les régler », notait encore Emmanuel Macron se voulant sincère dans sa démarche.

Faisant fi des nombreux médias publics français opérant dans la sphère francophone, et notamment sur le continent africain, le Président français concluait sa réponse à la question de la journaliste en affirmant que « la France n'a pas d'organes de propagande » et que cette dernière ne s'immisçait pas « dans les élections de pays étrangers ».

« Vous seriez choqués si ça existait. Il est normal que nous le soyons dans une démocratie comme la nôtre », affirmait Emmanuel Macron.

- Faits révélés d'ingérence française récente en Afrique
Comme le rapportait un article [3] de l'Agence Anadolu (AA) paru en décembre dernier, L'armée française avait été épinglée par Facebook pour violation de la politique contre l'ingérence étrangère, notamment en Afrique.

Le géant américain des réseaux sociaux déclarait avoir « supprimé trois réseaux distincts pour violation de notre politique contre l'ingérence étrangère ou gouvernementale constituant un comportement inauthentique et coordonné (CIB) au nom d'une entité étrangère ou gouvernementale », l'entreprise ajoutant que « ces réseaux sont originaires de France et de Russie et ciblaient plusieurs pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient ».

Selon Facebook, les réseaux liés à l'Armée française visaient « la République centrafricaine et le Mali, et dans une moindre mesure le Niger, le Burkina Faso, l'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Tchad ».

Le journaliste du quotidien français "L'Opinion", Jean-Dominique Merchet précisait [4] par ailleurs que « les autorités françaises assument publiquement le fait de conduire des campagnes de cyber influence sur les théâtres d’opérations de l’armée française, à destination des opinions publiques ».

- Aveux d’un président africain concernant l’ingérence française en sa faveur
Au cours d'un entretien [5] télévisé en 2017 avec la chaîne publique française TV5 MONDE destinée à une audience internationale, le Président tchadien Idriss Déby Itno avait ouvertement accusé la France d'ingérence dans la politique intérieure de son pays afin de le faire réélire en 2006 alors qu'il voulait quitter le pouvoir.

« Et comme je l'ai dit, dans la politique africaine, la France intervient souvent. Et je le dis haut et fort : la France est intervenue. Je n'ai pas demandé. J'ai dit ''je ne veux pas changer la Constitution'' [...] Et je n'ai pas fait la campagne [électorale afin de briguer un nouveau mandat après 2006] », avait déclaré le Président Déby accusant la France d'hypocrisie :

« C'est toujours la France qui fait et c'est toujours la France qui critique [les autres pour ce qu'elle fait elle-même], et c'est toujours la France qui est derrière », notait Déby.

Ce dernier avait également précisé qu'il avait refusé la proposition d'un constitutionnaliste français dépêché par Paris pour modifier la Constitution tchadienne afin de permettre au président sortant de briguer un nouveau mandat.

« J'ai refusé, j'ai dit ''je ne change pas'' », ajoutait le Président tchadien.

Déby avait également précisé que la France, dans le contexte de la guerre civile affectant le Tchad, avait utilisé divers moyens et contacts locaux afin de parvenir à ses fins et modifier la Constitution tchadienne, afin de faire réélire le président qui affirmait qu'il aurait quitté le pouvoir, malgré les pressions françaises à son endroit, si son pays ne se trouvait pas embourbé dans une guerre, impliquant également le voisin soudanais.

« Et aujourd'hui, ce sont ceux-là mêmes qui ont changé la constitution, qui me critiquent", avait notamment souligné Déby, pour signifier l'hypocrisie française sur le respect de la démocratie en Afrique.

- Accusations d’interférence en Afrique lors des révoltes et révolutions de 2011

Pourrait-on également rappeler le cas de la révolution tunisienne, le premier des « printemps arabes », et de la prise de position de la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie en 2011 à l'encontre de la révolte populaire contre le régime tunisien anti-démocratique et agonisant, mais défendu becs et ongles par le gouvernement français, qui avait même proposé d’apporter son expertise pour faire taire l'opposition par la violence des forces de sécurité.

Devrait-on également citer l'exemple de l'opération Harmattan menée en 2011 par la France avec le soutien de ses alliés de l'Organisation du Traité Atlantique Nord (OTAN) en Libye, outrepassant les dispositions de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) et ayant abouti au renversement du « Guide de la révolution » libyenne, Mouammar Khaddafi.

N'étant aujourd'hui un secret pour personne, à travers la seconde moitié du XXe siècle, la France est intervenue dans les processus politiques de nombreux États d'Afrique francophone, sa sphère d'influence également connue sous le nom de « Françafrique », notamment par un système d'assassinats politiques, de soutien aux dictatures, de coups d'État ainsi que de financement illégal de partis politiques.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4600
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: La France change les constitutions en Afrique

Message par webmaster » avr. 02, 21 3:19 pm

Toujours la France est toujours presente, exploitant la pauvrete et l'ignorance des villageois.

La France n'a pas gentillement retire ses troupes en 2016. Ses troupes etaient accusee de vols et de viols.. Mais ne sont jamais partis en realite. C'est la France qui arme les rebelles musulmans.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.



Répondre