La pénurie a provoqué la colère des ménages dans les zones concernées qui déplorent pareille situation.

''Nous n’avons presque pas fermé l’œil dimanche dernier. Nous avons attendu à l’extérieur pendant une bonne partie de la nuit le retour de
l’eau et nous n’avons pas pu recueillir une goutte du robinet avant 3 heures du matin. Cette situation est inacceptable », a déclaré Fatoumata
Saho
, une habitante du quartier de Kunkujang, près de Serrekunda.

Même son de cloche chez Jumma Jallow, résidente de Sinchu Alagie qui dit être contrainte de parcourir de longues distances avec ses amies
malgré pour se procurer le liquide précieux.

Selon la NAWEC, la situation est due aux travaux techniques en cours dans les centrales électriques de Brikama et de Kotu.

Pour certains, la pénurie s’explique par le fait que la société de distribution de l’eau et de l’électricité a des dettes énormes.

Le week-end, les autorités gambiennes ont avoué leur impuissance à rétablir la fourniture régulière en eau et électricité.
Conséquence: un prolongement des délestages et des coupures d’eau, jusqu’en décembre prochain
.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est pareil en Cote d'Ivoire et partout en Afrique ou ces nègres de maison incompétents, esclaves du néolibéralisme sont déposés a la tête des territoires africains par leurs maitres colons pour le plus grand malheur des populations qui souffrent et ploient sous le poids de la misère et de l'insecurite.