Connectez-vous !! 

 Le dico d'Abidjantalk   |  Selections d'Abidjantalk   |  Les Ethnies   | AbidjanTalk RSS  | Armée française dehors  | Gbagbo à la Haye
 Viaduc (5) Eve  ADO le mythomane dans ses...(305) Eburneenne  Le paradoxe negre (53) Eburneenne  Peaux Noire, Cheveux Crép...(44) Beauté Nubi
 Au Webmaster (49) webmaster  La forfaiture dramanienne...(442) Eburneenne  L'heure H est arrivée (37) Eburneenne  Le français n'est pas une...(2) Beauté Nubi
 Soro et son destin (13) sam kehi,le  Oh honte a la France, pay...(137) Eburneenne  L'Afrique n'est pas pauvr...(63) Eburneenne  Ne les oublions surtout p...(171) Eburneenne
 Insecurite galopante sous...(233) Eburneenne  La predation occidentale ...(95) Eburneenne  Nos croyances combattues ...(23) webmaster  Il faut des milliers de R...(11) Eburneenne
 Pour suivre le proces de ...(1090) Eburneenne  Spiritualité Africaine, N...(118) Hwenusu  Question de generations? (0) sam kehi,le  ..... Les 210 derniers topics .......


Les Selections d'Abidjantalk
(Lire votre Selection ici ou sur le Forum)
1 - Le Conseil Constitutionnelle tranche   ...Debats
2 - Le regard d’un journal burkinabé   ...Debats
3 - Alassane Ouattara a t-il été Burkinabè ?  
4 - La FranceAfrique  
5 - Le scandale de Thiaroye  
6 - Le dossier Alassane Dramane Ouattara  
7 - Temoignages de rebelles Ivoiriens  
8 - Togo fer de lance de l’effroyable guerre de coup d’état   ...Debats
9 - Qui se fie à la France fait le sacrifice de sa vie   ...Debats
10 - Jean-Paul Ney, un journaliste?   ...Debats
11 - Les vérités que cache SORO  
12 - Des révélations sur un complot islamiste  
13 - Koulibaly a Sarkozy: “Vous n'avez encore rien compris”  ...Debats

14 - L’ancien ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU incendie la France et l’ONU   ...Debats
15 - Quel souvenir nous restera-t-il de la France?  ...Debats
16 - Le professeur Okou Légré: “Il faut décoloniser la France”   ...Debats
17 - Discours du President Gbagbo a Abuja   ...Debats
18 - Pourquoi la Côte d’ivoire de Laurent GBAGBO est dans l’oeil du cyclone France   ...Debats
19 - Chirac veut créer une vacance à la tête de l’Etat Ivoirien   ...Debats
20 - Quelque chose de pourri dans la Chiraquie   ...Debats
21 - Michel Galy - Que faisons nous en CI?   ...Debats
22 - Un énorme trafic de cacao éclabousse le RDR   ...Debats
23 - Ivoire nue- Chroniques d’une Côte d’Ivoire perdue   ...Debats
24 - La constitution Ivoirienne face aux constitutions africaines   ...Debats
25 - Laurent Gbagbo à France Soir : “Bongo, c’est un rigolo”   ...Debats
26 - Du Bongo sans "couilles" au Bongo "rigolo": Et si Gbagbo avait raison?   ...Debats
27 - Ouattara s’est toujours présenté avec l’étiquette de voltaïque   ...Debats
28 - Les positions de Licorne chaque jour plus intenables   ...Debats
29 - La France doit se rendre à l’évidence   ...Debats
30 - Chirac est responsable   ...Debats
31 - Ziegler: Regards Sur La Crise Ivoirienne   ...Debats
32 - Une Camerounaise fustige l'acharnement de la France sur Gbagbo   ...Debats
Home
 
 
Laurent Gbagbo à France Soir : “Bongo, c’est un rigolo”

 Comment expliquez-vous les massacres sanglants dans le Grand Ouest de la Côte d’Ivoire?
Depuis 1960, c’est la bagarre entre les autochtones, propriétaires de la terre, les personnes chassées par le barrage de Yamoussoukro construit par Houphouet et les étrangers qui avaient été employés comme main-d’œuvre du temps de la colonisation. A l’époque, il y avait trois millions d’habitants en Côte d’Ivoire et, aujourd’hui, il y en a plus de cinq fois plus : on ne peut pas étendre la terre. Quand survient la crise du 19 septembre 2002, beaucoup d’hommes armés burkinabè se sont attaqués aux autochtones, qui se sentent alors dépossédés de leurs terres. Et quand ils vont en brousse, on tire sur eux : ils s’en foutent de Gbagbo, ce qui compte pour ces populations, c’est de protéger leurs terres.

 Les exactions touchent-elles également les intérêts des Français ?
Les Français souffrent des pillages comme les Ivoiriens. Entre ces Français et les Ivoiriens, il y a une communauté de destin. Vous ne verrez jamais les Ivoiriens défiler en réclamant le départ des Français. Ils défilent en criant : “La force Licorne dehors !”, et ce n’est évidemment pas la même chose. Dans le Grand Ouest, les gens estiment que c’est la force Licorne qui protège et ramène les Burkinabè. Et maintenant ils sont armés. 

Qui les armes?
Je n’ai pas de réponse à toutes les questions. Celle-ci est troublante.

On présente votre régime comme timide défenseur des libertés...
J’ai été un farouche militant des libertés contre le parti unique d’Houphouet. Et ce passé n’a pas laissé que des bons souvenirs en France, aussi bien à droite qu’à gauche, parce que Houphouet était très apprécié en Occident et surtout à Paris. Apparemment, le combat que j’ai mené ne plaide pas en ma faveur. Ce sont les Services qui l’ont voulu ainsi, parce que Houphouet a été l’homme de tous les services. 

C’est la seule raison?
Il y en a d’autres. Le directeur de cabinet d’Houphouet, jusqu’à sa mort, a été un Français d’origine martiniquaise. Le secrétaire général du gouvernement, c’était un Français. La secrétaire particulière d’Houphouet était une Française. Le directeur financier que j’ai nommé, moi, en 2000, à la présidence de la République, c’est le premier directeur financier ivoirien nommé à ce poste. Ce combat pour que chaque ministère ne soit plus dirigé par des Français, il plaît ici. La Côte d’Ivoire n’a pas à se comporter en 2005 comme en 1960. 

Est-elle condamnée à un face-à-face unilatéral avec la France ?
La France est notre partenaire historique. Et nous n’avons pas de raison de dire : “Nous ne voulons pas de la France”. Dans le monde d’aujourd’hui, néanmoins, nous ne pouvons pas nous condamner à avoir un partenaire unique. Ceux qui m’en veulent pour ça doivent comprendre qu’ils ont tort.

La France n’est plus, cependant, aussi privilégiée…
Pour la Côte d’Ivoire, ce n’est pas être contre la France que d’ouvrir ses relations à d’autres partenaires. Depuis que je suis président, je n’ai jamais remis en cause aucun contrat français : ni pour une petite, ni pour une moyenne, ni pour une grande société française. Et toutes les décisions que j’ai prises, hors appels d’offres, c’est pour favoriser des sociétés françaises. Je n’ai rien nationalisé. Alors il y a quelque chose qui cloche tout de même dans l’opinion que la France me renvoie ! 

Vous êtes mal payé en retour?
C’est le moins que je puisse dire ! Je demande simplement qu’on considère que je suis l’élu de la Côte d’Ivoire, qu’on le respecte. Je ne comprends pas comment l’Etat français, gaulliste de surcroît, peut justifier une aventure de putschistes foireux. Je ne leur plais pas et ils préféreraient d’autres gens à ma place ? A partir de ce moment-là, on peut se demander si la conception même du putsch n’a pas des ramifications jusqu’à Paris...

Pourquoi Houphouet a-t-il parrainé Ouattara?
Houphouet voulait que Bédié devienne président de la République après lui. C’était son choix. Pourtant, il nomme Ouattara son “premier” Premier ministre. Houphouet a agi comme un vieux roi africain qui choisit toujours comme “bras droit” quelqu’un qui, par son origine, ne peut pas être roi : on n’oppose pas au roi celui qui peut prendre sa place. C’est constant dans les sociétés africaines. Houphouet meurt en décembre 1993 et c’est le président de l’Assemblée nationale, Bédié, qui devient président de la République. Ouattara hésite et finalement quitte la Côte d’Ivoire. Bédié s’empresse alors, pour protéger son pouvoir, de prendre des lois qu’on va appeler l’ivoirité.

Vous en pensez quoi, vous, de l’ivoirité ?
En 1994, Bédié introduit un projet de loi électoral pour les élections de 1995 qui définit les conditions d’élection à la présidence de la République. Ce projet dit que, pour être candidat, il faut être de père et de mère ivoiriens. Ce que je pense de l’ivoirité? J’étais député et j’ai voté contre. En 1997, Bédié introduit le même texte, mais sous forme de loi constitutionnelle. Le débat est reporté à 1998 : je vote encore contre. Fin 1999, Bédié est renversé, et la Constitution de janvier 2000 reprend ce chapitre. Soumise à référendum, je vote pour la Constitution parce que notre pays n’en a pas : il était régi par des ordonnances constitutionnelles, héritées de la junte et catastrophiques du point de vue des libertés démocratiques. Mieux valait avoir une Constitution et aller aux élections.

Personne ne s’élève contre la constitutionnalisation de l’ivoirité?
Aucun Etat africain n’a condamné cette Constitution parce que beaucoup des leurs sont marquées du sceau du nationalisme et rédigées de la même façon. Regardez le Gabon : le père Bongo veut donner des leçons, mais c’est un rigolo! Pour être candidat à l’élection présidentielle, il faut être gabonais depuis au moins quatre générations. Depuis que je suis président, je n’ai jamais présenté de lois comme celles de Bédié sur l’ivoirité.

Modifier la Constitution était impossible?
Non, mais pour quel intérêt? Ouattara réclamait qu’on lui donne un certificat de nationalité et la justice ivoirienne le lui a accordé aujourd’hui, alors que Bédié avait lancé un mandat d’arrêt international contre lui. Au motif, affirmait Bédié, que “le Burkinabé Ouattara avait délivré de faux certificats de nationalité ivoirienne à tour de bras”. Qu’ils s’associent aujourd’hui, je m’en moque. Mais au moins qu’ils aient l’honnêteté intellectuelle de ne pas m’attribuer la paternité de leur combat de pieds nickelés sur l’ivoirité, qui est devenu une guerre civile.

Les rebelles vont-ils désarmer?
C’est une question à cent sous... Je n’ai pas de réponse, là, maintenant. Je fais tout pour qu’ils désarment. J’attends une direction du médiateur, de la communauté internationale, de tous ceux qui nous ont dit de faire ci et ça. Que personne ne s’imagine arriver à la tête du pays hors du suffrage universel. Nous sommes prêts à nous battre pour que la Constitution soit appliquée.

 Vous ne doutez pas de votre victoire?
Les Ivoiriens sont des gens responsables. Je ne pense pas qu’ils puissent confier le destin de leur pays à des gens qui ont pris les armes contre lui. Ceux-là, ou bien ils ont commandité la rébellion, ou bien, une fois qu’elle a éclaté, ils l’ont soutenue. Ce sera les résistants contre les partisans de la violence politique, les résistants contre les collabos des rebelles.

 L’affirmation de la République est-elle le moyen pour la Côte d’Ivoire de s’émanciper durablement?
La Côte d’Ivoire a un rôle majeur pour l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest. Même pendant la crise, le pays attire les migrants. La Côte d’Ivoire a besoin de la paix, pas pour elle seule, mais pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. Donc, l’affirmation de la République de Côte d’Ivoire est aussi un moyen de la souveraineté africaine. Il ne faut pas handicaper la progression économique de la Côte d’Ivoire.

Attendez-vous un changement d’attitude du gouvernement Villepin?
Oui, oui, bien entendu. Les pays d’Afrique ne peuvent pas ne pas choisir la démocratie comme mode d’expression. Parce que c’est la voie de tous les pays développés.
Dans des pays où les nations ne sont pas encore totalement formées, et où il y a plusieurs modes de désignation des chefs qui s’entremêlent d’un peuple à l’autre à l’intérieur des mêmes frontières, le choix démocratique aplanit toutes les divergences. On ne peut donc pas aider à la démocratisation de l’Afrique quand on soutient des rébellions.

 La France vous met toujours en colère !
Je suis choqué quand j’entends certains Français dire : “Gbagbo est légitime, mais c’est à cause de ceci ou cela que les gens ont pris les armes et il faut comprendre...”. II n’y a pas à comprendre. Dans le contexte de fragilité de l’Etat, au moment où nous sommes en train de créer une nation, on n’a pas à justifier une rébellion, sinon c’est la porte ouverte à l’anéantissement de tous les Etats africains.

 La France empêche-t-elle votre pays d’avoir sa destinée?
C’est le moteur intérieur de l’histoire des peuples qui crée la nation, pas les diktats extérieurs. Et c’est parfois la volonté d’un homme, comme pour la France en 1940, qui en décide. Qu’on nous laisse bâtir notre histoire, en transformant, après cette crise, la coopération en partenariat. C’est nous qui le demandons.

Est-ce réalisable avec le poids économique de la France en Côte d’Ivoire ?
C’est tout ça qu’il faut modifier progressivement en se comprenant. Mais on ne peut pas empêcher une telle modification d’advenir.

Avez-vous un problème personnel avec Jacques Chirac ?
Cet homme m’a beaucoup déçu. Je ne sais pas quels problèmes nous avons tous les deux.
On ne se cause plus depuis novembre 2004. Cette crise avec la France a bien des secrets, et je ne prétends pas en détenir toutes les clés. L’Occident n’a pas vu venir la crise avec le monde musulman. Si l’Occident ne se décolonise pas, on risque d’aller vers des problèmes similaires avec le monde négro-africain. Pour la Côte d’Ivoire, il s’agit de la décolonisation des dirigeants français. On peut garder de très bonne relation et en finir avec l’ère coloniale, avec les rapports de colonisateur à colonisé.

Vous sentez-vous vraiment menacé par vos adversaires ?
Je me méfie d’eux. En décembre 2000, ils avaient essayé de me renverser. Puis en janvier 2001 avec tentative d’assassinat, et 2002 est la continuation d’une longue série. Donc j’ouvre l’œil, et j’espère que c’est le bon.

Propos recueillis par Jean Maçon, France-Soir
Google
BoutikC SleeveLess Manche Courte
Bientot
votre publicite ici
idVZ2 abTalkBCap AbidjanTalk Black Cap
      Haut de Page         
       

Google
 E-mail Webmaster     Send Envoyer un Message privé au webmaster